Feeds:
Bidalketak
Iruzkinak

comme une eau sale

Le monde entier crie désormais aux grands patrons que leur course à l’argent est aussi odieuse que folle : seraient-ils les seuls à ne pas comprendre ? S’ils avaient le sentiment de travailler au bien commun, chercheraient-ils dans leur salaire autre chose que le moyen de vivre dans une aisance légitime ? Ils savent mieux que quiconque que leur avidité est une façon puérile de tenter d’oublier le gouffre de non-sens qu’ils ont creusé en eux, de masquer l’Himalaya de méfiance qui les sépare des autres. Ils le savent, mais ils ne peuvent plus se le dire, ils ne veulent plus savoir qu’ils le savent. À peine la conscience de l’absurdité pointe-t-elle le nez que grandit avec elle la frénésie de posséder davantage. Ces profiteurs sont des emmurés. Les salariés ne les haïssent ou ne les envient que parce qu’ils n’osent pas les plaindre : il faut être libre pour plaindre les riches. Emmurés, ils le sont aussi, il est vrai, et sans possibilité de s’échapper. Et sans le luxe, certes, mais aussi sans les illusions sales qu’il procure. Ils sont incarcérés dans ce quotidien où personne ne peut plus entendre le silence de personne, sorte de poubelle mentale dont l’époque fait le plus grand cas, et où s’entassent les rêves déçus et les élans abandonnés. La même panique qui pousse les riches à fuir dans le divertissement de l’argent enferme irrémédiablement les pauvres et les moins riches en eux-mêmes, les fait hésiter entre de pâles velléités de révolte et une sorte de résignation insincère qui leur gâche toute joie de vivre. Il est facile d’opposer ces deux désastres. Il est vrai qu’en un sens ils s’opposent. En un sens seulement : ils ont une source commune et c’est jusqu’à elle qu’il faut remonter pour se demander pourquoi et comment elle a été polluée. Sous les inégalités et les injustices, clapote comme une eau sale une effrayante communion dans le non-sens : sans elle, la modernité aurait échoué depuis longtemps.

Jean Sur, La révolution pointilliste

Advertisements

précarité

Le miracle économique qui suscite dans les mouvements sociaux d’aujourd’hui tant de soupirs nostalgiques [des “Trente Glorieuses”] s’est opéré par le biais d’une dépossession croissante des activités quotidiennes au profit d’administrations publiques ou privées. Les savoir-faire agricoles ont été expropriés au profit de la recherche agronomique ; notre alimentation au profit de chaînes de distribution sur lesquelles nous n’avons aucune prise, de même que nous avons délégué la gestion des déchets, de l’eau, l’entretien des espaces naturels et des monuments, jusqu’à notre capacité à nous divertir et à nous représenter le monde, cédée à la télévision d’Etat puis aux grands groupes médiatiques. Il n’est pas étonnant que chacun ait du mal à se reconnaître dans un monde dont il n’est plus responsable que de manière fictive. Savoir qui l’on est, cela passe aussi par la capacité de façonner son environnement immédiat, à établir soi-même et avec d’autres ses propres besoins. Dans ce monde administré, l’identité se réduit comme peau de chagrin. Il ne reste, pour s’identifier, que la vie intime – largement formatée par le rayonnement de la psychologie de masse et l’emprise du marketing – et le métier qu’on exerce.
C’est dans la société de masse administrée à grande échelle que l’identité repose le plus sur l’emploi, et que, par conséquent, la détresse psychologique que provoque sa perte est la plus grande. […] Si les craintes se cristallisent sur l’emploi, c’est que, faute de tout le reste, notre existence ne repose plus que là-dessus. Le salariat est devenu notre seul habitat. Au fond, nous le savons bien : pas plus que la précarité ne se résume à un contrat de travail à durée déterminée, l’habitat n’est réductible à la possession d’un trois pièces en banlieue, proche gare et tous commerces. Habiter le monde, cela signifie pouvoir y trouver sa place, s’y situer. C’est avoir des occupations qui ont du sens, des fréquentations et un lieu de vie qui ne sont pas tributaires d’un mouvement du CAC 40 qui obligera à déménager, à quitter ses collègues, son monde. C’est apprendre avec joie que Carrefour a fait faillite, parce-qu’on sait cultiver un jardin et récupérer de l’eau de pluie, et que d’autres élèvent des bêtes ; savoir que la vie continuerait même si internet tombait en panne. Par contraste, la grande précarité est une dynamique propre au capitalisme industriel consistant à priver les individus de leurs moyens d’habiter le monde. Il est de plus en plus difficile d’y être, d’en être.

Groupe Oblomoff, “Le salaire de la peur”, juillet 2009

hirugarren arauaz

Hemen pixkat aipatzen nuen Toby Hemenway-en artikulu batera itzultzen naiz. Hortan permakulturaren hirugarren arau etikoa (gaineratikoei buruzkoa) lehengo biak (“lurra zaindu” eta “jendeak zaindu”) baino era nahiko korapilatsuago batean errana dela, eta horrek gaineratikoen arazoaz permakulturazaleen aise eskasa adierazten duela oroitarazten ditu.

Bertze artikulu batean, gaineratikoen arazoa urritasun sentipenari lotzen du. Halere urritasun sentipen hori argitzeko denboraren ikusmoldeaz erraten duena, zizklo- edo lerro formazkoa, ez zait oso sinesgarri iduri. Kultura gehienetan bi ikusmoldeak direla iduritzen zait, bata zikliko edo aurreikusgarri dena (egun/gau, ilargialdiak, ondoz ondoko urtaroak) adierazteko, bertzea lerro-formakoa edo berezia (hazi eta zahartzea, ondoz ondoko urteen arteko ezberdintasunak).
Izatezko larritasuna, “jainkotiarrarekiko lotura”, eta Jainkoei edo apezei gaineratikoen ematearen artean egiten dituen loturak nahiko korapilatsu iruditzen zaizkit ere.

Urritasun sentipena, mail haundi batean, gure bizi baldintzen funtsatzeko erabiltzen ditugun aukeren aniztasunaren menpe iduritzen zait. Gure bizi baldintzak gauza gutitan oinarritzen badire, urritasuna somatuko dugu gauza horietarik bat noizbait eskas egonen denean. Alderantziz, gure bizi baldintzak aniztasun nahikotan oinarrituz, noizbait osaki baten eskasa errexki ordainduko du(te) bertze osaki batek edo batzuk.
Bi muturreko adibideak hartzeko, lur eremu batean oloa bakarrik hazten bada, gosetian izateko zori nahiko haundia izanen dugu (uzta txarra izatekotan) edo gaineratiko kopuru haundi bat (uzta ona izatekotan). Bertzalde, eremu berean oihan-laborantza gaztaindi batean eginez, eta horrez gain baratze biointensiba, oilozaintza estensiba eta putzutan arrain haztea, oroaren ekoizpena ez da hainbertze aldatuko kopurutan, osaki ezberdinen aldaketak elkar ordaintzen ahalko baitire ; zorte oso txarra egon beharko zen osaki bakoitzarentzat urte txarra izateko, era berean ez liteke ohizkoa urte oso on bat osaki guzientzat. Horrez gain, aniztasuna bera egonkortasun faktore bat da, gora-behera horiek leunduko dituena.
Orduan urritasun sentipena eta gaineratikoak gordetzeko beharra, baratze sistemei baino gehiago laborantza sistemei lotuak dire, azken horiek haien aniztasun murriztuarengatik ekoizpen “kopuru anomaliak” maizagotan jasotzen dituztela eta.
Laborantzak elitearen eskuetan poterearen biltzerat eramaten du beti. Laborantzaren bihotzean dagoen gaineratiko gordegarri haundien ondorio saihestezina da. Bertzaldetik kultura berri baten sortzeko beharra izaten ahalko ginuke, hontan gaineratikoa, baita hori nahigarri egiten duten beldurra eta gutizia, ez legokete gure ohituren egiturezko emaitza erraten digu Hemenway-ek

Jendarteko hartu-emanetan beldurra eta gutiziaren eragina murrizteari dagokionez, gizarte ezberdinetan Marcel Mauss-ek ematearen inguruan egin zituen behaketa interesgarri batzuk aipatzen ditu. Horietan, emateek sorturiko pertsonen arteko loturak, emandako gauzak baino garrantzitsuagoak dire. Kasu batzutan ere nork nori zenbat eman zion jakitea ezinezkoa izateko trikimailuak daude, preseski kontatze zehatz batengatik emateen jarioa murriztua ez izateko. Deun lagunak aipatzen dituen emate kiribiletan bezala.
Emate-kiribil horiek ohizkoak dire, berehalako erabiltzezko gauzak (janari, tresna, oinarrizko laguntzak) ekoizten diren elkarte ttikitan, nun ere elkar laguntza ta fidantzia aski barneratuak diren harremanak formalizatu beharrik ez izateko.
Bertzela izaten da lurretik kanpoko bizimodu batean, hortan gure zereginak gainespezializatuak baitire eta gutitan berehalako erabiltzezko gauzak ekoizten baitituzte, eta jendarteko loturak nahiko hotz eta gogortuak bihurtu baitire. lerro-lerro bagoaz, anaitasunari oraindik beldurra dion desfilean, bulego, biltegi, pabilioi, idazkaritza, ikasgela, denda gainontzeko eremu hesituetara gure hatsa, eta izerdiz, eta keinuz, eta begiradez, eta zitaltasunez, eta goxotasunez ere tarteka, eta ezjakintasunez uneoro zein ezinegonez, eta inertzi amankomun nekagarri nardagarriaz gure mugimenduak elbarritzera, prostituzioari maitasunari baino zilegitasun gehiago emanaz konbentzioei ausardiari baino legeei zuzenbideari baino
Jendarteko loturen gogortasunak, lurretik kanpoko bizimodu batean, ezjabetasun sentipena sendotzen baitu ere. Von Foersterek zion bezala, gizakien arteko loturak hainbat eta gogorragoak izanez, oroaren joera, osatzen duten gizakiei gero eta menperatu ezin duten dinamika berezi batekoa ageriko zaie.
Permakulturaren garapenak gaineratikoen mugitze informalarekin bat egin behar du, informaltasun hori giza-eskalako hartu-emanetan baizik izaten ezin dela.

Hemen gelditzen naiz (oraingoz) hiru arau horiek pixkat aldatuz :
1. Gure ingurua eta bere aniztasuna zaindu
2. Jendeak zaindu, norberetik hasiz
3. Gaineratikoak mugitzen ahal diren loturak sortu

À propos du troisième principe Irakurtzen jarraitu »

Bihiak baratzean (2)

Nizako kuia luzea : 9 m², 71 kg, ustez baino hobe
Azuki babarruna : 16 m², 4.3 kg, uzta “teorikoaren” erdia ta guti gehio.
Uzta horiek gehiegi extrapolatu gabe ere, tokian bihiak haztearen funtsa zalantzan ezartzen dute. Lehen iduriz, 25 m²tan kuiak bakarrik haztea onuragarriagoa litzateke, etekin orokor hobe bat lortuz.

Etekina
Etekina, hazitako hedadura banakazko elikagaien pisua baino sistema batean bildutako energi erabilgarri multzoa (Bill Mollisonen arabera) dela onartuz, orduan babarrunek emandako biomasa, lurrari ekarritako nitrogenoa eta (ez hain neurgarri bainan zinezkoa) lurraren egituraren hobetzea etekin horren zati bat dire. Hazketa planak pixkat aldatzen ditu ikuspegi horrek, babarrunen zatia ez baita esperotako janarizko ekarpenaren arabera bakarrik erabakitzen.

Tokia
Baratze bat toki egokia ote da bihi-landareak hazteko? Lehen aipaturiko artikuluan erraten nuen bezala, ez-laborariek erabiltzen ahal duten toki ttikiak, barazki freskoen garraioari lotutako hersturek eta haien garestitasunak (bihiei konparatuz), etxe ondoko lur eremu ttikietan bihien hazketari barazkien hazketa nahiagoarazten dute. Permakulturazko ikuspegi batean, lur eremu horiek erabiltze haundiko zonei dagozkie, eskuzko zaintzea behar duten hazketa ekoizkorrei (m²ko kilotan), beraz artoa baino sarbak, adibidez.

Azoka trukaketak
Ordua gauza horein malda segitzen badut, kuia eta bertze barazki gehiago haziko ditut, eta babarrun gutiago.
Bainan halere ez dut uste nere janari zihurtasuna kolokan izanen denik, nere kaloria/proteina iturrietan aniztasun aski uzten badut, iturri horiek kanpokoak izaten badira ere tokikoak izaten jarraituko dute. Arroltzetaz pentsatzen dut batez ere, bazkarik hazi gabe ekoizten ahal direla (aurten hori entseatuko dut), eta mendian (nolazbait “5. zonan“) biltzen diren gaztainetaz ere. Azuki batzuk hazten jarraitzen ahalko dut, bainan horietan nere sustatzea oinarritu gabe.
Haratago joanez, tokiko barazki-ekoizle bati barazkiak erosten dizkiotenak eta era berean baratze bat zaintzen dituztenak haien barazki-ekoizlea bihiak hazterat bultzatzen ahal dute. Barazki-ekoizleei loturiko kontsumitzaileetatik nolazbait bihi-ekoizleei lotiruko baratzezainetara pasatzea.

Des grains dans le jardin (2)

“dans les 10 à 11 m2 pour en produire 5kg, en biointensif, alors que sur la même surface peuvent venir 50kg de courges sur la même saison”, disais-je
Pour la saison 2008,
Courge longue de Nice : 9 m², 71 kg, record battu.
Haricot azuki : 16 m², 4.3 kg, soit tout juste la moitié de la récolte “théorique”.
Sans vouloir trop extrapoler ces récoltes, elles me posent quand-même localement la question de la pertinence de cultiver des plantes à grains. Le constat étant qu’a priori il aurait été plus avantageux de cultiver 25 m² de courges, le rendement global en eut été meilleur.

Rendement
Si on considère que le rendement n’est pas uniquement un poids d’aliments produits par surface cultivée, mais l’ensemble de l’énergie utile emmagasinée par un système (dixit Bill Mollison), alors la biomasse fournie par les plants de haricots, l’azote qu’ils apportent au sol, et (moins mesurable mais réel) leur amélioration de la texture du sol font partie de ce rendement. Cette approche change un peu les plans de culture, car la proportion de haricots n’est plus définie seulement en fonction de l’apport alimentaire qu’on compte en tirer.

La place
Est-ce qu’un jardin est l’endroit adéquat pour cultiver des plantes à grains? Comme j’en parlais dans l’article précédemment cité, la faible place dont disposent les non-agriculteurs, les contraintes liées au transport des légumes frais et leur prix relativement élevé (par rapport au prix des grains) font préférer la culture de légumes à celles des plantes à grains dans les petits bouts de terrain près des maisons. Bouts de terrain qui dans une optique permaculturale correspondent aux zones d’usage intensif, dévolues aux cultures productives (en kilos par m²) mais demandant du soin manuel, soit plutôt des bettes que du maïs.

Echanges marchands
Bref si je vais dans le sens de ces éléments j’aurai tendance à cultiver plus de courges et autres légumes, et moins de haricots.
Et je pense que ce n’est pas pour autant que ma sécurité alimentaire sera compromise, si je diversifie mes apports en aliments caloriques/protéiques, qui sans être tous autoproduits n’en seront pas moins locaux. Je pense notamment aux oeufs, qu’on peut produire sans culture fourragère (je teste ça cette année), et aux châtaignes, récoltées à la montagne (soit dans la “zone 5“, en quelque-sorte). Je pourrai toujours faire quelques azukis dans mon jardin, où ils remplissent aussi leur rôle, mais sans faire peser sur eux la responsabilité de me sustenter.
Et en allant plus loin, les gens qui se fournissent en légumes chez un maraîcher local et qui en même temps jardinent peuvent inciter leur maraîcher à cultiver des plantes à grains. Passer en quelque-sorte de consommateurs associés à des producteurs de légumes à des jardiniers associés à des producteurs de céréales.

heldu izan (2)

Le fait – l’Unité du monde – me plantait là, incapable d’en bien parler, à cause de son évidence. Je ne savais que répéter : «il y a un seul monde. Les choses extérieures n’existent que si tu jettes vers elles tout ce que tu portes en toi. Quant aux choses intérieures, tu ne les verras jamais bien, à moins que tu ne laisses entrer toutes celles du dehors.»
Passer de la lumière interne à celle du Soleil, ce n’était pas l’affaire des sens : un déclic suffisait, un très léger changement de point de vue – comme de tourner la tête d’un centième de cercle.

Jacques Lusseyran, Et la lumière fut

révolution verte

Dès les premières semaines, elle fit allusion à un petit accroc dans le programme d’élevage de cochons inauguré par les marines en 1915, mais tu mis plusieurs mois à comprendre ce qui s’était réellement passé. Un des premiers projets de ces êtres humains roses et rondelets en Haïti avait été de donner des cochons roses et rondelets aux paysans noirs et maigrichons qui, jusque-là, s’étaient parfaitement contentés de leurs cochons noirs et maigrichons, descendants des sangliers qui avaient sillonné l’île à l’époque de sa gloire boucanière. Les cochons noirs raffolaient des ordures, ils vivaient dans les basses-cours et y maintenaient une propreté impeccable en mangeant les épluchures de mangues et de bananes plantains et d’avocats qui traînaient par terre, s’engraissant et somnolant sous le soleil et jouant avec les enfants jusqu’à ce qu’on les abatte enfin en janvier pour la fête de l’Indépendance. Les cochons roses, en revanche, étaient des snobs : ils faisaient les dégoûtés devant les ordures haïtiennes, refusant d’y mettre le groin, et on ne pouvait guère demander aux paysans d’utiliser leur faible récolte de maïs et de haricots pour nourrir les cochons alors qu’elle suffisait à peine et même à grand peine pour nourrir leurs propres enfants avec parfois quelques poignées excédentaires à vendre au marché, alors les cochons roses étaient morts de faim et les basses-cours s’étaient remplies de déchets qui avaient attiré des mouches qui avaient répandu des microbes qui s’étaient emparés des corps vulnérables des enfants, de sorte que ceux-ci étaient maintenant de plus en plus nombreux à s’allonger par terre et à rouler des yeux vitreux et à rendre l’âme.

Nancy Huston, Cantique des plaines

alternativisme

Peut-être que si la critique de l’ordre existant reste le plus souvent confinée dans une sorte de ghetto, c’est parce-que ceux qui la portent fondent leur démarche uniquement sur ce qui les distingue de la majorité des gens, et ils se croient obligés de censurer tout ce qui les en rapproche.

Mona Chollet