Feeds:
Bidalketak
Iruzkinak

Posts Tagged ‘biointensive’

Peu d’écrits ici ces derniers mois, mais pas mal de prises de recul et de réflexions, dont bon nombre des conclusions coïncident avec celles récentes de Kristen (et ont été également aiguillées entre autres par les articles de Toby Hemenway), je vous renvoie donc à ce billet, aux schémas que je trouve assez illustratifs.
Ma démarche initiale, il y a 4 ans et quelques, était assez similaire à celle de Kristen : expérimenter une façon d’autoproduire à l’échelle d’un petit jardin le maximum de mon alimentation. J’avais l’idée d’une certaine autonomie alimentaire à base végétalienne, qu’aurait permise l’application de la méthode biointensive, que je découvrais et que j’ai tenté d’appliquer plus ou moins à la lettre. Ce qui me motivait relevait essentiellement de ce que Kristen résume sous le terme de recherche
négative de résilience: vu ce qu’il en est du système agro-industriel qui nous a nourri jusqu’à présent, autant en être le plus indépendant possible, le plus vite possible. (gehiago…)

Advertisements

Read Full Post »

Bihiak baratzean (2)

Nizako kuia luzea : 9 m², 71 kg, ustez baino hobe
Azuki babarruna : 16 m², 4.3 kg, uzta “teorikoaren” erdia ta guti gehio.
Uzta horiek gehiegi extrapolatu gabe ere, tokian bihiak haztearen funtsa zalantzan ezartzen dute. Lehen iduriz, 25 m²tan kuiak bakarrik haztea onuragarriagoa litzateke, etekin orokor hobe bat lortuz.

Etekina
Etekina, hazitako hedadura banakazko elikagaien pisua baino sistema batean bildutako energi erabilgarri multzoa (Bill Mollisonen arabera) dela onartuz, orduan babarrunek emandako biomasa, lurrari ekarritako nitrogenoa eta (ez hain neurgarri bainan zinezkoa) lurraren egituraren hobetzea etekin horren zati bat dire. Hazketa planak pixkat aldatzen ditu ikuspegi horrek, babarrunen zatia ez baita esperotako janarizko ekarpenaren arabera bakarrik erabakitzen.

Tokia
Baratze bat toki egokia ote da bihi-landareak hazteko? Lehen aipaturiko artikuluan erraten nuen bezala, ez-laborariek erabiltzen ahal duten toki ttikiak, barazki freskoen garraioari lotutako hersturek eta haien garestitasunak (bihiei konparatuz), etxe ondoko lur eremu ttikietan bihien hazketari barazkien hazketa nahiagoarazten dute. Permakulturazko ikuspegi batean, lur eremu horiek erabiltze haundiko zonei dagozkie, eskuzko zaintzea behar duten hazketa ekoizkorrei (m²ko kilotan), beraz artoa baino sarbak, adibidez.

Azoka trukaketak
Ordua gauza horein malda segitzen badut, kuia eta bertze barazki gehiago haziko ditut, eta babarrun gutiago.
Bainan halere ez dut uste nere janari zihurtasuna kolokan izanen denik, nere kaloria/proteina iturrietan aniztasun aski uzten badut, iturri horiek kanpokoak izaten badira ere tokikoak izaten jarraituko dute. Arroltzetaz pentsatzen dut batez ere, bazkarik hazi gabe ekoizten ahal direla (aurten hori entseatuko dut), eta mendian (nolazbait “5. zonan“) biltzen diren gaztainetaz ere. Azuki batzuk hazten jarraitzen ahalko dut, bainan horietan nere sustatzea oinarritu gabe.
Haratago joanez, tokiko barazki-ekoizle bati barazkiak erosten dizkiotenak eta era berean baratze bat zaintzen dituztenak haien barazki-ekoizlea bihiak hazterat bultzatzen ahal dute. Barazki-ekoizleei loturiko kontsumitzaileetatik nolazbait bihi-ekoizleei lotiruko baratzezainetara pasatzea.

Des grains dans le jardin (2)

“dans les 10 à 11 m2 pour en produire 5kg, en biointensif, alors que sur la même surface peuvent venir 50kg de courges sur la même saison”, disais-je
Pour la saison 2008,
Courge longue de Nice : 9 m², 71 kg, record battu.
Haricot azuki : 16 m², 4.3 kg, soit tout juste la moitié de la récolte “théorique”.
Sans vouloir trop extrapoler ces récoltes, elles me posent quand-même localement la question de la pertinence de cultiver des plantes à grains. Le constat étant qu’a priori il aurait été plus avantageux de cultiver 25 m² de courges, le rendement global en eut été meilleur.

Rendement
Si on considère que le rendement n’est pas uniquement un poids d’aliments produits par surface cultivée, mais l’ensemble de l’énergie utile emmagasinée par un système (dixit Bill Mollison), alors la biomasse fournie par les plants de haricots, l’azote qu’ils apportent au sol, et (moins mesurable mais réel) leur amélioration de la texture du sol font partie de ce rendement. Cette approche change un peu les plans de culture, car la proportion de haricots n’est plus définie seulement en fonction de l’apport alimentaire qu’on compte en tirer.

La place
Est-ce qu’un jardin est l’endroit adéquat pour cultiver des plantes à grains? Comme j’en parlais dans l’article précédemment cité, la faible place dont disposent les non-agriculteurs, les contraintes liées au transport des légumes frais et leur prix relativement élevé (par rapport au prix des grains) font préférer la culture de légumes à celles des plantes à grains dans les petits bouts de terrain près des maisons. Bouts de terrain qui dans une optique permaculturale correspondent aux zones d’usage intensif, dévolues aux cultures productives (en kilos par m²) mais demandant du soin manuel, soit plutôt des bettes que du maïs.

Echanges marchands
Bref si je vais dans le sens de ces éléments j’aurai tendance à cultiver plus de courges et autres légumes, et moins de haricots.
Et je pense que ce n’est pas pour autant que ma sécurité alimentaire sera compromise, si je diversifie mes apports en aliments caloriques/protéiques, qui sans être tous autoproduits n’en seront pas moins locaux. Je pense notamment aux oeufs, qu’on peut produire sans culture fourragère (je teste ça cette année), et aux châtaignes, récoltées à la montagne (soit dans la “zone 5“, en quelque-sorte). Je pourrai toujours faire quelques azukis dans mon jardin, où ils remplissent aussi leur rôle, mais sans faire peser sur eux la responsabilité de me sustenter.
Et en allant plus loin, les gens qui se fournissent en légumes chez un maraîcher local et qui en même temps jardinent peuvent inciter leur maraîcher à cultiver des plantes à grains. Passer en quelque-sorte de consommateurs associés à des producteurs de légumes à des jardiniers associés à des producteurs de céréales.

Read Full Post »

Hor ikusia : http://www.locavores.com/
Bizi naizen tokiaren inguruko 160km-ko tarte batean, ni neuk hazitako bizpahiru gauzetaz gain, artoa, oilasko eta kiwiak Ipar Ekialdean (Auñamendipea, Landak eta Biarno beherea) ; behi eta ardiak, zerri batzuk, sagar eta sagarnoa Ekialdean (Auñamendiak) baita kiwi batzuekin, eta Mendebaldean (Kantauri mendiak) baita babarrun beltz batzuekin ; lupiña, txitxarroa, berdela, perlita eta bertze arrainkia Ipar-Mendebaldean (Bizkaiko Golkoan), arno beltza, oliba olioa, barazki frango, fruitu hezurdunak, gari gogorra, zekalea eta eguzkilorea Hegoaldean (Herribehera eta Ebroko ibarra), gatzaga batzuk eta barazki eta arroltz ekoizleak han hemenka.
“Toki-jatea” laket zait bere ideian, jaten duguna ezagutzen dugun eskala batean kokatzen baitu, irudikatzeko errexa baita ere gure bidaietan hautemagarria. Muga batzuk ikusten laguntzen du, gustuko duguna eta gure ingurunearen ahalak egokitzeaz (ez beti errexa), gustuko ginukeen ekoizteko era eta berezkoa egokitzeaz (ezta ere errexa), toki batean gauden kopurua eta “tokiak” denak elikatzeko duen ahalmena egokitzeaz, eta – “tokiaren” maila gutituz – gure elikadura eta hau bera, osoa edo zati bat, ekoizteko ahalmena – astiz, tokiz eta trebetasunez – egokitzeaz, bakarrik edo elgarrekin. Horrela, asti gehiago izateko eta trebetasunak elgar osatzeko elgarrekin antolatuz ere, bi muga gelditzen dire : toki eskasa, eta beharrez azoka-trukaketen bidez lortutako gauzak, horiek dirua izaterat behartzen dutenak, eta horretarako lana saldu.

azoka trukaketak
Olioa, fruitu gehienak, arrain gehiena, irina, sagarnoa, klima edota tresneri berezi bat behar dituzten gauza guziak, baita “tokikoak” ez diren irrisa eta leketakoak, erosi baizik ezin ditudan gauzak dire. Jaten ez dena bainan beharrezkoa dena aipatu gabe. Halere, laborantza sortu zenetik beti horrela izan dela iduritzen zait, eta gizarte laborariago baterat itzultzen bagina horrela izanen litzaketela ere.

tokia
Gure eskualdeetan, jende gehienak hirtan bizitzea egin du XX. mendeak, eta haien astia janaria ekoiztea baino bertze ariketetan gehienbat igarotzea (bainan ez beti laket dituzten gauzatan). Ideia saiakera bat aipatu nuen, bainan aukerak nahiko eskas iduritzen zaizkit (bainan agian oker nago), gaurko egoeran bederen, eta ez dakit zer iritzi horretaz.
Arazoa badago ere, bertze era batean, baratzeak dituztenentzat. Artikulu hontan (inglesez), Zeldari bukaera beharbada laket izanen zaiona, gure elikadura sistema konpontzeak baratzea egitea baino ainitz gehiago beharko dugula, bihiak (laborak, leketakoak, oliodunak) gure elikaduraren osagai nagusi bat direla eta, gaurko gosearen matxinadak irrisari eta ogiari dagozkie gehienbat, eta ez “luzokerrei eta granadei” artikuluak dion bezala.
Bainan jaun horren arabera, bihiak baratze baten heinean hazi daitezke, bihi landareak lurraren emankortasunarako ezinbertzekoak direla eta. Nere behaketen arabera, ez da hain errexa. Ez da gaizki aukeratu behar, artoa auzoaren F1 artoarekin gurutzatzen baita, amarantak uda hits eta bustiak gustuko ez baititu, eguzkiloreak bareak eta gero kardamero, kaskabeltz eta amilotxak, baratzezaina baino zihurrago elikatzen baititu, kinoa landarean bertan hazitzen baita euri gehiegi izanez, neguko laborak (zekalea, garia, oloa) etzaten baitire jorraila eta maiatzeko zaparraden pean. Aro zaharretakoa geratzen da, XVI. mendea baino lehen artoaren ordez egiten zena : artoxehea. Leketakoentzat alta errexagoa da, bainan biomasa gutiago egiten dute, eta era guziz nahiko lan behar dute, eta nahiko toki iduriz : 10 edo 11m2, 5kg ekoizteko, biointensiban, toki eta denboraldi berberetan 50kg kuia ateratzen ahal direlarik, edo 3 egunetan 2kg sarba, hozteetan ezik.

Horregatik agian norbere laukitxoan batek ekoizpen haundiko barazkiak egitea nahiago izaten ahal du, bolumena ugaritasun elikagarria delakoan. Beharbada ere diruaren gatik, barazkiak “oinarrizko elikagai” nahiko garestiak direla eta, laborak eta leketakoen ondoan. Aro zaharretan, gaur baino jende gehiagok haien lur puska zuten etxetik hurbil, hortan eltzekarirako barazkiak eginez eta ez laborak. Beharbada ere gauza gutiago mantsoago garraiatzen zen garai batean, elikagai freskoak izateko era bakarra ondoan izatea zen. Permaculture 2 liburuan, Bill Mollisonek lantzeko lur garrantzitsuena etxe bazterrekoa dela dio, hortan toki gutiena bainan zaintze gehiena behar duten landareak egiten direlarik : barazkiak.

Horrek guziak, bai hiriko bizian baita lur eremu ttiki baten erabileraren ohitura eta errextasunetan, bertzeek ekoiztako bihien gatibu egiten ahal gaitu, batez ere bertze horiekiko harremanak azokakoak baizik ez badire.

Bainan 5kg babarrunetan, 50kg kuian baino proteina gehiago dagoela jakinez, landatze planak egitean bi aldiz pentsatzea merezi du.
Jarraipena geroago…

Locavores… des grains dans le jardin?

Vu ici : http://www.locavores.com/
Dans un intervalle de 160 bornes alentour de chez moi, il y a, outre les trois bricoles que je fais pousser moi-même, du maïs, de la volaille et des kiwis au Nord-Est (piémont Pyrénéen, Landes, bas Béarn) ; des vaches et des brebis, quelques cochons, des pommes et du cidre à l’Est (Pyrénées) avec aussi des kiwis, et à l’Ouest (Monts Cantabriques) avec aussi des haricots noirs ; du tacaud, du bar, du chinchard, du maquereau, du merlan bleu et autre poiscaille au Nord-Ouest (Golfe de Gascogne), du vin rouge, de l’huile d’olive, pas mal de légumes, des fruits à noyaux, du blé dur, du seigle et du tournesol au Sud (Herribehera et vallée de l’Èbre), et quelques salines et des petits producteurs de légumes et d’oeufs ici et là.
Le “locavorisme” me plaît dans sa démarche, car il recentre ce qu’on mange à une échelle qu’on connaît, qu’on peut facilement se représenter mais aussi qu’on peut percevoir dans nos déplacements. Il aide aussi à voir certaines limites, qui relèvent de l’adéquation entre ce qu’on aime et ce que notre milieu permet (pas toujours évidente), entre la façon dont on aimerait que ça soit produit et la façon dont c’est réellement produit (pas évident non plus), entre le nombre qu’on est à un endroit donné et la capacité du “local” à fournir tout le monde, et – en rétrécissant le rayon du “local” – entre notre alimentation et la possibilité – en temps, en place et en savoir-faire – d’en produire tout ou partie, seul ou à plusieurs. C’est là que je me rends compte que même en s’organisant à plusieurs pour avoir plus de temps et combiner les savoirs-faire, il y reste deux limites : le manque de place, et les choses faisant obligatoirement l’objet d’échanges marchands, et supposant donc d’avoir des sous, et pour cela de vendre son travail.

Échanges marchands
L’huile, la plupart des fruits, la plupart du poisson, la farine, le cidre, toutes choses qui nécessitent un climat et/ou un équipement particulier, puis le riz et les fabacées qui ne sont pas “locales”, sont des choses que je ne peux qu’acheter. Sans parler de tout ce qui ne se mange pas mais qui est nécessaire quand-même. Ceci étant j’ai l’impression que ça a plus ou moins toujours été le cas depuis que l’agriculture existe, et que ce serait encore le cas dans l’hypothèse où on revient à une société plus agricole.

La place
Le XXème siècle a fait que sous nos latitudes la plupart des gens habitent dans des villes, et passent leur temps à autre-chose qu’à produire leur alimentation (mais pas forcément à des choses qui les enchantent). J’avais mentionné une esquisse d’idée à ce sujet, mais les opportunités me semblent globalement maigres pour la plupart (mais je me trompe peut-être), du moins dans le contexte actuel, et je ne sais pas trop quoi en penser.
Le problème se pose aussi, de façon différente, pour ceux qui ont des jardins. Dans cet article (en anglais), dont la conclusion plairait peut-être à Zelda, on nous dit que réparer notre système alimentaire demandera bien plus que de jardiner, vu que les grains (céréales, fabacées, oléaginaux) sont un élément crucial de notre alimentation, les émeutes de la faim actuelles concernent essentiellement le riz et le pain, et pas “les concombres et les grenades” comme il est dit dans l’article.
Or d’après ce que dit ce monsieur, les grains sont productibles à l’échelle d’un jardin, les plantes à grains étant même nécessaires au maintien de la fertilité du sol. D’après mes observations locales, c’est moins simple. Il faut pas se planter, entre le maïs qui se fait polliniser par le maïs F1 du voisin, l’amaranthe qui aime pas les étés gris et mouillés, le tournesol qui nourrit plus sûrement les limaces puis les chardonnerets et les mésanges que le jardinier, le quinoa qui germe sur pied s’il pleut trop pour lui, les céréales d’hiver (seigle, blé, avoine) qui se couchent sous les averses d’avril et mai. Reste la valeur ancienne, ce qui avait ici avant le XVIème siècle le nom qu’on donne aujourd’hui au maïs
(artoa), à savoir le millet. Pour les fabacées en revanche c’est plus jouable, mais elles font moins de biomasse, et dans tous les cas demandent également pas mal de boulot, et surtout de place en apparence : dans les 10 à 11 m2 pour en produire 5kg, en biointensif, alors que sur la même surface peuvent venir 50kg de courges sur la même saison, ou encore 2kg de bette tous les 3 jours, hors période de froid.

C’est peut-être ça qui tend à faire préférer cultiver dans son petit carré des légumes à gros rendements, peut-être avec l’impression que volume est synonyme d’abondance nutritive. Peut-être aussi pour une question de rentabilité financière, les légumes étant des “produits de base” assez chers par rapport aux fabacées et céréales. Historiquement, plus de gens qu’aujourd’hui avaient leur bout de terrain près de chez eux, ils y faisaient essentiellement leurs légumes à soupe et non pas leurs céréales. Peut-être aussi parce-qu’à une époque où on transportait moins de choses moins vite, la seule façon d’avoir des produits frais était de les avoir à côté. Dans Permaculture tome 2, Bill Mollison nous dit que le terrain le plus important à cultiver est celui juste à côté de la maison, où se trouvent justement les cultures demandant le moins de place mais le plus de soin, à savoir les légumes.

Tout ça, soit dans la vie citadine, soit dans les habitudes et la commodité de l’usage d’un petit espace de terre, peut rendre captif des grains produits par d’autres, surtout si les échanges avec ces autres ne sont que marchands.
Mais quand on sait que dans 5kg de haricots il y a plus de protéine que dans 50 kg de courge, il y a de quoi y réfléchir à deux fois en faisant ses plans de culture.
La suite plus tard…

Read Full Post »